Fatigue : les 5 règles d’or

Voici les 5 règles d’or de l’entraînement, pour éviter d’entrer dans la zone « fatigue »!

1) Alterner toujours une séance dure avec une autre plus facile et se ménager une semaine par mois où l’on diminue de 30% à 40% le temps habituellement consacré au sport.

2) Tous les sportifs s’entraînant plus de 3 fois par semaine devraient tenir un carnet d’entraînement pour consigner des indications telles que le poids, le pouls au lever, le contenu des séances, les sensations. Il s’agit d’un excellent moyen de déceler toute anomalie de récupération.

3) L’environnement joue aussi un très grand rôle. Les stress ont généralement tendance à s’additionner les uns aux autres. Le programme doit alors impérativement tenir compte des difficultés de la vie. Conflits familiaux ou professionnels, soucis financiers, déceptions amoureuses, perte d’un être cher ou n’importe quelle autre source d’inconfort moral ou matériel. Dans ce cas-là, n’hésitez pas à adapter le contenu de vos séances plutôt que de vous tenir coûte que coûte au planning établi.

4) Attention aussi à ne pas forcer en cas d’infection, de fièvre ou de blessure. La fatigue due aux efforts entraîne souvent l’apparition de ces symptômes. Bien sûr, on peut les faire disparaître grâce aux médicaments. Mais cela ne fait en général que postposer le problème et les plaintes du corps reviennent alors dans des formes souvent plus graves.

5) Sachez reconnaître les premiers symptômes de surentraînement* : baisse de forme, manque d’envie de s’entraîner, humeur morose, trouble du sommeil, blessures à répétition, fluctuations anormales du poids, diminution de la libido. Levez alors le pied pour favoriser une récupération complète sans forcément craindre de perdre tous les acquis. Beaucoup d’athlètes ont amélioré leur record personnel juste au retour d’arrêts prolongés sur blessure.

*le surentraînement : est un syndrome qui survient après une période trop prolongée d’entraînement sportif, souvent intensive.

Extrait de l’article « Le mythe du rebond », de la revue Sport et Vie.

 

A NOTER : On parle beaucoup du surentraînement quand un sportif est dans un état de fatigue. Il faut noter que cette expression est très souvent erroné!

En effet, il y a trois stades de fatigue qu’il est important de connaître :

  • dépassement fonctionnel : engendre une fatigue qui est prévue et planifiée, dont la récupération sera rapide.
  • dépassement non-fonctionnel : à l’inverse du précédent, elle est imprévue et la récupération est plus longue.
  • surentraînement : influence totalement la performance suite à une période de fatigue chronique liée à l’entraînement ET à d’autres facteurs stressant (famille, travail, finance…).

Les cas de surentraînement sont très rares!

 

Benjamin DANIAUD

Donnez votre avis sur cet article

hard-workout

Je vous propose des prestations de coaching sportif / préparation physique individualisées, ainsi que des séances collectives et un suivi à distance. Tout cela pour booster vos performances et/ou votre capital forme, et cela à vôtre convenance. N’hésitez pas à me contacter pour démarrer!